Du 9 juin au 27 août 2017 DANIEL FIRMAN – Black whole for whales

Daniel Firman, installé depuis deux ans à Bordeaux, s’empare de la Base sous-marine, l’appréhendant comme « une architecture-paysage dé-mesurante ». Il en fait un élément socle dans sa réflexion et l’utilise comme support physique pour ses œuvres. L’artiste présente trois œuvres monumentales et inédites prenant place dans trois espaces distincts de la Base, trois expériences à part entière. A l’extérieur, sur la façade du bâtiment, il installe un néon de 60 mètres de long, Something Strange Happened Here, conçu spécialement aux dimensions du lieu. Il compose, grâce à un néon 1820 violet, une synchronisation visuelle avec le spectre naturel des couleurs et lumières si particulières du Sud-ouest, en été, au lever et coucher du soleil.
Le néon est activé à partir du 2 juillet à l'occasion du week-end inaugural de la Saison culturelle paysages bordeaux 2017 célébrant l'arrivée de la LGV.

Daniel Firman

À partir du 25 juin 2017 MARC MONTMEAT - 302+38 – regards sur le plus grand chantier ferroviaire d’Europe

302 c’est le nombre de kilomètres de ligne dédiée à la grande vitesse, 38 c’est le nombre de kilomètres de raccordements entre cette nouvelle ligne et le réseau ferré existant. Pour faire partager cette expérience unique, la SNCF a commandité au photographe Marc Montméat un travail de création posant un regard acéré et vif qui s’est passionné pour cette aventure technique, technologique et humaine. Depuis 2011, il arpente en toute liberté les 340 kilomètres de ce projet, une longue immersion dans ce qui fut le chantier majeur de ce début du siècle en Europe, traduite en 200 grands tirages photographiques présentés à l’Hôtel de Ville.

302+38 - Regards sur le plus grand chantier ferroviaire d’Europe

Du 27 juin 2017 au 25 février 2018 MUSEE D’AQUITAINE – L’archéologie à grande vitesse

Cette exposition chronologique présente le fruit des fouilles archéologiques préventives menées pendant le chantier sur les cinquante sites fouillés le long du tracé de la ligne à grande vitesse, entre Tours et Bordeaux. Elle aborde les thématiques de la traversée des territoires, l’occupation et l’organisation des terroirs, les formes de l’habitat rural, la vie quotidienne des premiers peuples habitant le territoire, à travers des objets usuels ou funéraires. Riche en maquettes, vidéos, dispositifs multimédia, l’exposition s’adresse à un large public notamment via des supports pédagogiques novateurs.

L'archéologie à grande vitesse

Du 29 juin au 5 novembre 2017 MUSEE DES ARTS DECORATIFS ET DU DESIGN – Oh couleurs ! Le design au prisme de la couleur

Alors que les historiens du design ont privilégié les questions liées à la forme, à la fabrication, aux matériaux et aux nouvelles technologies, peu d’entre eux se sont intéressés à la couleur. Pourtant elle influence directement notre perception des objets et la façon dont on interagit avec eux. La couleur participe également de la définition des périodes et des styles. Autant d’aspects que les visiteurs peuvent découvrir à travers des exemples constitutifs de l’histoire des objets et du design. Rien de définitif ne peut être dit sur la couleur. Le parti pris de cette exposition est donc de l’interroger à partir de différents points de vue, en donnant notamment la parole à des spécialistes des domaines du design, de la mode, de l’industrie et de la sociologie (Irma Boom, Véronique de la Hougue, Michel Pastoureau, Olivier Saillard, Arthur Rüegg, ...).
Une exposition mise en scène par le designer Pierre Charpin, élu créateur de l'année 2017 par Maison & Objet et présentée dans un lieu atypique : l’ancienne prison de la rue Boulan.

Oh couleurs ! Le design au prisme de la couleur

Du 27 juin au 15 octobre 2017 ARC EN RÊVE – Landskatinganywhere

Une exposition réalisée par Arc en rêve qui célèbre la pratique du skateboard et ses relations avec la ville. L’exposition présente notamment des œuvres de Raphaël Zarka, artiste et skateur, revient sur l’histoire de la pratique du skateboard en France, au Japon, en Espagne, en Belgique ou encore en Finlande, et explore une trentaine de skateparks en France au travers du regard des photographes Olivier Amsellem, Maxime Delvaux, Stéphane Ruchaud, et Cyrille Weiner.

Une attention particulière est portée au street et à la scène bordelaise, singulièrement riche, dans la multiplicité des pratiques et des rapports à l’urbain. Quatre contributeurs sont invités, les skateurs Léo Valls, Tony Marquais, Morgan Fabvre et le photographe Grégoire Grange.

Landskating anywhere

Du 29 juin 2017 au 7 janvier 2018 CAPC – 4,543 milliards. La question de la matière

4,543 milliards. La question de la matière traite du rapport qu’entretiennent les œuvres d’art, les collections et les histoires culturelles avec les processus écologiques et la dimension géologique du temps. Elle donne à voir un continuum de matériaux à travers divers films, œuvres sur papier, photographies, sculptures et autres documents éloquents. Son point de départ est celui de l’histoire du bâtiment du CAPC en tant qu’entrepôt de denrées coloniales, dont les murs furent érigés dans une pierre calcaire jadis enfouie dans les profondeurs du sol et les poutres taillées dans les arbres d’une ancienne forêt. 4,543 milliards propose de considérer que les œuvres d'art s’inscrivent autant dans l’histoire géophysique du monde que dans l’histoire de l’art, et pose la question de comment quitter le cadre spatial du “penser global, agir local” pour entreprendre de “penser historiquement, agir géologiquement.

4,543 milliards. La question de la matière

Du 30 juin 2017 au 7 janvier 2018 MUSEE DES BEAUX ARTS — Le musée se met au vert : Paysages en représentation(S)

La richesse des collections du Musée en matière de paysages, notamment pour l’Ecole nordique, permet un jeu important sur ce thème. Le Musée des Beaux Arts propose de créer un accrochage spécifique au sein des collections permanentes. Allant du XVIIè au XXè siècle, la sélection des œuvres concernées vient dialoguer avec un certain nombre d’œuvres contemporaines.

Cet accrochage s’affranchit pour l’occasion des approches muséographiques traditionnelles (répartition par Ecole et par époque) pour brouiller les codes habituels et créer un parcours de visite inédit, atypique

Le musée se met au vert ! Paysages en représentation(S)

Du 19 juin au 5 novembre 2017 FRAC – Des Mondes aquatiques #2

La pêche incarne toujours aujourd’hui un intéressant terrain de jeu avec ce scénario récurrent : un plan d’eau, un ciel et la figure du pêcheur comme trait d’union. Reflétant l’un ou l’autre de ces éléments, ont été sélectionnées des œuvres issues des collections des Fonds régionaux d’art contemporain d’Aquitaine, du Limousin et du Centre national des arts plastiques, ainsi que des prêts issus de collections privées.

L’exposition s’attache à montrer comment les artistes contemporains se sont saisis d’une pratique ancestrale, pour en dépeindre les différents aspects, du paysage au pêcheur, du plus banal au plus extraordinaire. Rassemblant les œuvres d’artistes tels que Bastien Cosson, Nicolas Floc’h, Natacha Lesueur, Pierre et Gilles, ou encore Présence Panchounette, elle est l’occasion de découvrir de nouvelles productions d’artistes.

Des Mondes aquatiques #2

Du 24 mai au 7 novembre 2017 CHATEAU DE CADILLAC – Natures sauvages

Natures sauvages présente en regard les « Chasses nouvelles » (quatre majestueuses tapisseries historiques XVIII° dues à Jean-Baptiste Oudry, exceptionnellement prêtées par le Musée de la Chasse et de la Nature au château de Cadillac) et le fascinant travail sur l’animalité de l’artiste Julien Salaud.

Créatures fantastiques, parures et tissages merveilleux plongent la demeure dans l’étrangeté, le mystère et l’histoire naturelle. Parallèlement ses intérieurs (avec leurs tentures, décors et cheminées) rappellent la richesse historique de ce qui était le château du « demi-Roi » (du cadet de Gascogne aux mousquetaires !) au début du XVIIe.

Natures sauvages, une occasion spectaculaire de voir ou revoir le château de Cadillac, lieu de visite et d’Histoire incontournable en Bordelais, métamorphosé par plus de 15 ans de restaurations.

Natures sauvages

Du 16 septembre au 28 janvier 2018 JARDIN BOTANIQUE – PAYSâge2

L’exposition du jardin botanique fait suite à une première initiative en 2015 qui relatait l’histoire des paysages depuis 280 millions d'années en abordant leur constitution au cours du temps, et les différents événements géologiques les ayant marqués. La saison 2 de PAYSâge s’intéresse aux paysages régionaux (littoral, estuaire) de la métropole bordelaise mais également au devenir de l’homme dans l’espace urbain à travers des exemples d’aménagements naturels.

PAYSâge2 porte un regard sur la transformation des paysages urbains ; aujourd’hui, 54% des humains vit dans les zones urbaines ou périurbaines. Ce taux a augmenté de 20% en 50 ans, en 2050, 2,5 milliards de personnes supplémentaires devraient les rejoindre. Cette vision d’avenir appartient aux spécialistes et la biologie montre désormais que seule la ville mêlée à la nature sera demain vivable, dans les mégapoles qui se créent. L'exposition PAYSâge2 se focalise sur le paysage urbain à diverses échelles : à l'échelle du territoire, à l'échelle de la métropole et à l'échelle des délaissés urbains, et des plantes elles-mêmes.

PAYSâge #2

Du 1er juillet 2017 au 27 avril 2018 ARCHIVES BORDEAUX METROPOLE – Bordeaux et la folie du chemin de fer

Dès les débuts du chemin de fer en France, Bordeaux a manifesté un véritable enthousiasme pour ce nouveau mode de locomotion. En 1838, un an après l’inauguration de la première ligne de voyageurs en France (Paris-Saint-Germain-en-Laye), Stendhal, en séjour à Bordeaux, note que « la folie du chemin de fer éclate à Bordeaux comme ailleurs ».

Le 6 juillet 1841, est inaugurée la première ligne au départ de Bordeaux et à destination de la Teste.

Les Archives Bordeaux Métropole, installées dans un ancien entrepôt ferroviaire bordelais construit en 1852, disposent de fonds exceptionnels qui permettent de montrer les profonds bouleversements que connaissent le territoire métropolitain, ses paysages et ses habitants avec l’arrivée du chemin de fer et son formidable développement. L’exposition mêle des supports variés — textes, plans, affiches, photographies, multimédia, maquettes — et est déclinée en supports pédagogiques pour rencontrer le plus large public.

Bordeaux et la folie du chemin de fer

Du 31 juillet au 5 novembre 2017 CITE DES CIVILISATIONS ET DU VIN – Géorgie, berceau de la viticulture

Plongée dans une culture vitivinicole remontant au VIe millénaire avant J-C, la plus vieille aujourd’hui connue. Une centaine d’œuvres d’art, photos et objets historiques issus des collections du Musée National de Géorgie, mais aussi des films, de la musique, et des dispositifs multimédias, nous dévoilent l'attachement indéfectible de la Géorgie pour le vin et la vigne, présents dans ses croyances, sa mythologie, son folklore, son art et les traditions de sa table.

Géorgie, berceau de la viticulture

Du 30 juin au 10 septembre 2017 MUSEE DE LA CREATION FRANCHE – Réenchanter la Ville

« Réechanter la Ville » invite le public à partager une autre vision de la Ville, via une série d’œuvres (sculptures, peintures, installations) emblématiques du regard des artistes sur le quotidien urbain et ses activités : circulations et mobilités, commerces, regard sur l’architecture etc.

Issues des collections permanentes, l’exposition présente des œuvres inhabituelles, fruit d’une imagination débordante de leurs auteurs.

Une projection du film sur la vie de « Martial dit l’homme-bus » est prévue dans la scénographie de l’exposition.

Réenchanter la ville

Du 24 juin au 8 janvier 2018 Bordeaux Patrimoine Mondial (CIAP) – Port de la Lune / UNESCO : 10 ans, 10 regards

A l’occasion des 10 ans de l’inscription du « Port de la Lune » sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, et de la saison culturelle thématique « Paysages », le CIAP accueille fin juin une exposition photographique sur ses vitres (donnant sur la place de la Bourse, visible de l’extérieur), consacrée au(x) paysage(s) du Bordeaux UNESCO.

Composer en mosaïque une sorte de dessin kaléïdoscopique du « Port de la Lune » aujourd’hui, grâce aux regards croisés de dix invités sur des paysages, des points de vue, des lieux de patrimoine, tel est l’objectif de ce portrait sensible du territoire bordelais fondé sur une variété de regards qui dialoguent.

Port de la Lune / UNESCO : 10 ans, 10 regards

Du 3 juin 2017 au 21 mai 2018 Cap Sciences – Luminopolis

Luminopolis est une cité savante qui a cristallisé en ses lieux toutes les connaissances sur la lumière. Organisée comme une véritable "Escape Room", vous pénétrez dans la cité, mais ne pourrez en ressortir qu'en faisant preuve d'astuces et de suffisamment de curiosité pour comprendre ses mécanismes.

Luminopolis

Du 1er au 30 septembre 2017 Point de Fuite – Optiques Limousines

Réactivation de l'installation créée par les nouveaux commanditaires autour du bestiaire bovin

Optiques Limousines

Mémoire de Bordeaux et Tendance Floue – Paysages circulaires

Exposition réalisée par l'association Mémoire de Bordeaux en partenariat avec le collectif Tendance floue sur les transformations urbaines à Bordeaux

Paysages circulaires

Fin septembre - début octobre Grilles du Jardin Public – Les arbres remarquables

Présentation des arbres remarquables de la métropole sur les grilles du jardin public

Les arbres remarquables

Du 28 juin au 15 octobre Bibliothèques de Bordeaux — Du haut de mes rêves – Paysages. Urbains ?

Exposition de l'artiste Cathy Schein d'œuvres réalisées à partir des techniques traditionnelles de l'encre de Chine

Du haut de mes rêves - Paysages. Urbains ?

Du 14 septembre au 28 octobre Galerie Arrêt sur l'image — Quand les conteurs sont des chasseurs...

L’exposition parcourt l'oeuvre de Sabine Delcour jusqu’aux prémices de son projet Ordos en cours de réalisation, révélant ainsi l’univers particulier de cette artiste. Arpentant des villes, des forêts, des espaces montagneux et des îles au rythme des saisons, elle livre ici un corpus d’images qui nous convie hors du cadre à un voyage paradoxal, à une fiction intime et sensible qui interroge inlassablement la notion du lieu et les rapports de l’homme à son environnement à travers le genre du paysage.

Quand les conteurs sont des chasseurs...

Du 8 septembre au 14 octobreGalerie La mauvaise réputation — 15 ans de mauvaise réputation

Pour fêter son quinzième anniversaire, La Mauvaise Réputation confie le commissariat de son exposition de rentrée au doyen de ses artistes : Arnaud Labelle Rojoux, artiste essayiste et historien de la performance sous la formule BaDaaaasss, clin d'oeil au film "culte" sweet sweetback's Baadasssss song de Mel Van Peebles.

Black Whole For Whales © Florent Larronde Marc Montméat ©Marc Montméat Musée d'Aquitaine ©Musée d'Aquitaine Martin Szekely, vase Jaune-Froid Marseille 1988  ©Patrick Faigenbaum ©Sam Ashley ©Stuart Whipss Jan Josefsz VAN GOYEN Le chêne foudroyé ou la diseuse de bonne aventure, 1638, Musée des Beaux Arts - ville de Bordeaux ©Maitetxu Etcheverria ©Chateau de Cadillac ©Archives Bordeaux Metropole Cité de la Civilisation et du vin Musée de la création franche CAP Sciences Point du fuite Grilles du jardin public Bibliothèque de Bordeaux Galerie arrêt sur image